Parce que l’équi-coaching réunit plusieurs champs de compétences et que cela s’apprend tout simplement.

Il y a tout d’abord le coach et l’apprentissage de la juste posture du coach. Le coach c’est celui qui écoute, qui accompagne, sans jugement, sans interprétations. C’est une belle leçon d’humilité car il lui faut reconnaître ses limites. 

LE COACH

Le coach c’est aussi celui qui vous fait avancer car le coaching est un accompagnement actif. Il s’agit de sortir de la stagnation, d’avancer, d’aider le client à sortir de sa coquille. Cependant il est nécessaire de respecter le bon timing car seul le coaché peut connaître ses ressources d’évolution. 

La formation va apprendre au futur équi-coach de rester sans interprétations, sans solutions toutes faites. Il restera dans la bienveillance des difficultés de son coaché et, en lien au cheval, l’évolution de leur relation aboutira si l’équi-coach accepte le non-contrôle.

Alors que je lui demandais ce qui pourrait provoquer un déclic vers son objectif une de mes clientes m’a répondu aussi sec : “si je le savais je ne serais pas là”. Tout est là!… Eviter de lui trouver les réponses. Le coaché vient parce qu’il a les solutions justement. Comme le mentionne ma collègue Karine Aubry dans son très bon article “La voix de la résistance” :

Tout l’art du coach est d’accompagner dans la prise de conscience de ce qui est juste pour soi, dans l’ouverture des possibles et le dépassement de soi tout en restant dans une démarche écologique.

LE CHEVAL

La posture de coach se complète de la posture d’équi-coach. Partir à la rencontre du cheval vierge de tout a priori, apprendre à comprendre le monde dans lequel il vit et le reconnaître comme un réel partenaire. Le respecter, respecter ses besoins et lui apprendre qu’il peut dire “non”.

Loin de toutes techniques équestres quelles qu’elles soient, il s’agit ici d’établir un lien de vivant à vivant. Vivant dans les émotions, vivant dans l’établissement de limites, vivant dans l’expression de soi, dans la créativité. Et pour cela commencer par balayer toutes croyances et se connaître soi. En se connectant à nos ressentis la relation à l’autre peut s’établir. Débuter par un lien à soi pour aller vers l’autre. C’est de la construction de cette relation que dépend la réussite de l’accompagnement en équi-coaching et c’est pour cela que la formation implique de travailler avec nos propres chevaux. 

Apprendre à apprendre qui nous sommes, apprendre à apprendre au cheval, apprendre à écouter et lui laisser la possibilité de s’exprimer. 

Plus que jamais dans la double posture de coach et d’équi-coach, il s’agit ici d’apprendre à travailler avec le vivant et l’instant présent. Le cheval a une lecture de l’humain instantanée, il est dans l’observation d’informations constantes. Il ne perd pas de temps et va droit au but de la connexion. Les prises de conscience sont souvent fulgurantes, et ça demande un bon timing et une pleine conscience de la part de l’équi-coach.

En tant qu’équi-coach il s’agit de capter cet instant pour le transmettre au coaché tout en honorant le cheval. Etre facilitateur de la relation. A l’intérieur de ce trait d’union entre le cheval et le coaché se situe le ferment d’éclosion, de naissance et d’évolution dont seul le coaché (et peut-être le cheval!) connaît la source. C’est ce qui rend l’accompagnement rapide, efficace.

En tant que coach nous pouvons avoir l’illusion d’une maîtrise, en tant qu’équi-coach nous constatons que le vivant nous échappe et le cheval nous replace dans l’essentiel de la vie : le ressenti… 

LE RESSENTI

Les études scientifiques récentes à propos des êtres animaux et de leur vie émotionnelle prouvent le bien fondé de leur intervention dans le développement et la croissance de l’être humain. Le cheval nous reconnecte à la vie tout simplement. 

Développer tout ce qui est de l’ordre du ressenti est un des fils rouge de la formation. Cela implique un travail sur soi important, de grandes remises en question et une recherche réelle d’authenticité.

Les échanges sont rapides car ils évoluent dans l’instant présent et dès les premières secondes en présence du cheval l’objectif de séance se déploie. L’art de l’équi-coach est de développer son intuition pour avoir le bon timing d’intervention, indicateur de la qualité de son accompagnement.

Un atelier d’introduction à la formation permet d’appréhender sur deux jours toute la richesse de ce métier.

Les champs d’application de la formation sont :

  • le développement professionnel et personnel
  • le coaching d’entreprise
  • la réhabilitation sociale
  • les programmes d’éducation spécialisée
  • la psychothérapie